Traditionis Custodes, qui a réagi et qui n’a pas réagi

Avr 5, 2022 | Non classé

Partager cet article sur :


Andrea Gagliarducci


« Ne vous appelez pas traditionalistes. Appelez vous catholiques ». Le mot de passe était arrivé à l’une des dernières réunions du Motu Proprio Summorum Pontificum. Alors que circulait déjà la lettre de la Congrégation pour la doctrine de la foi, qui examinait les applications du document avec lequel Benoît XVI avait libéralisé la célébration selon le rite ancien, le monde traditionnel tentait de trouver une nouvelle cohésion, et surtout de montrer qu’il n’était pas en contradiction avec l’Église catholique. En effet, leur but était précisément d’affirmer qu’utiliser le Missel de Jean XXIII, en poursuivant ce que Benoît XVI avait appelé la « forme extraordinaire » du rite, ne signifiait pas nécessairement être en dehors de l’Église catholique. Au contraire, ils se sentaient catholiques et unis au pape, même si le rite qu’ils utilisaient n’était pas celui qui avait été mis au monde par Paul VI après le concile Vatican II.

Le motu proprio Traditions Custodes du pape François a mis en péril la perception de soi en tant que catholique. Avec ce motu proprio, publié le 16 juillet, le pape François révoque effectivement toutes les concessions au rite ancien accordées par Jean-Paul II et Benoît XVI avant lui. Le Vetus ordo n’est plus considéré comme une forme extraordinaire. Quiconque souhaite continuer à célébrer selon l’uso antiquior doit demander l’autorisation à l’évêque, qui doit consulter le Saint-Siège avant de l’accorder.

Le pape François souligne qu’il n’y a qu’un seul rite et qu’en abolissant tous les autres, il ne fait ni plus ni moins que ce que saint Pie V a fait après le concile de Trente. Avant tout, le pape François note que les concessions de Jean-Paul II et de Benoît XVI à l’ancien rite avaient pour but de créer une plus grande unité dans l’Église, et en particulier de surmonter le schisme avec la Fraternité sacerdotale Saint-Pie V (les « Lefevbrians »), qui a eu lieu concrètement en 1988, avec l’ordination de quatre évêques sans le mandat de Rome.


Un texte difficilement explicable


Dans une lettre adressée à tous les évêques pour expliquer sa décision, le pape François écrit notamment qu’il a été « attristé que l’usage instrumental du Missale Romanum de 1962 soit souvent caractérisé par un rejet non seulement de la réforme liturgique mais du Concile Vatican II lui-même, en affirmant, avec des affirmations infondées et insoutenables, qu’il a trahi la Tradition et la « vraie Église » ».

Sur cette base, il est difficile pour un catholique qui aime l’usage de l’uso antiquior de se défaire de l’étiquette de traditionaliste. Il est catholique, mais il n’est guère considéré comme tel. Exactement ce que Jean-Paul II et Benoît XVI voulaient éviter.

Pour toutes ces raisons, la réaction des cardinaux du monde entier au motu proprio du pape François ne doit pas surprendre. Naturellement, certains l’ont appliqué servilement, mais la majorité a plutôt essayé de trouver un terrain d’entente. C’est-à-dire : ne pas aller contre les paroles du Pape, mais voir dans les indications du Pape une possibilité de ne pas perdre les communautés de fidèles qui célèbrent avec l’uso antiquior, mais qui représentent un grand réservoir de catholicisme, à un moment où au contraire beaucoup ont peur d’être catholiques et de le montrer.

De ces controverses naissent les positions prises par les évêques du monde entier qui, en essayant de ne jamais contredire le Pape, trouvent néanmoins le moyen de maintenir la célébration selon l’usage antiquior.

Et pas seulement. Plusieurs cardinaux ont pris une position claire sur la décision du Pape. Certains ont même appelé à la désobéissance civile, tandis que d’autres ont tenté de jouer les médiateurs entre les mots durs du pape et la situation qui pourrait se présenter. Le mot d’ordre, dans ce cas, était « pragmatisme ». Et, face au pragmatisme, il n’y a pas de cardinaux conservateurs et progressistes. Il y a, au contraire, des cardinaux qui doivent s’occuper de leur troupeau. Et le troupeau de nombreux cardinaux compte plusieurs fidèles qui utilisent le rite de saint Jean XXIII.

Pour cette raison, les positions des cardinaux sur le motu proprio du pape peuvent être divisées en deux catégories.

La première est la catégorie de ceux qui ont pris une position claire pour défendre des principes. Il s’agit avant tout de cardinaux libres de tout poids institutionnel, et donc en quelque sorte plus « libres » de pouvoir dire précisément ce qu’ils pensent. En bref, ils peuvent parler, et ils le font, en des termes très clairs. Ce sont les cardinaux Sarah, Mueller, Brandmueller, Zen.

La deuxième catégorie est celle de ceux qui s’occupent encore d’un troupeau. Ils gèrent encore un diocèse et ne veulent pas aller à l’encontre des décisions du Pape. Mais ils ne veulent pas non plus perdre des noyaux de fidèles nombreux, et ils ne l’ont jamais voulu, même lorsqu’ils ont vu les dérives nées dans le mouvement traditionnel.

Ses dérives ne jugent pas une idée, et les gens ne vont pas toujours dans la même direction. Les cardinaux-évêques le savent et agissent en conséquence. Néanmoins, ils ont des groupes de fidèles, même importants, qui veulent célébrer selon la coutume antique et font tout pour continuer à le faire. Les cardinaux Zuppi et Nichols appartiennent à cette catégorie.

A ces deux catégories, certains ont décidé de suivre le Pape jusqu’à interdire les célébrations selon l’usage antiquior. Comme le cardinal Gregory à Washington à l’occasion d’un grand pèlerinage traditionnel qui se terminera par la messe célébrée selon le rite de Saint Pie V dans le National Shrine de Washington DC par l’archevêque Thomas Gullickson, ancien nonce en Ukraine.

Plus généralement, il n’est pas facile de trouver un cardinal qui a appliqué motu proprio du pape François mot à mot. Mais, comme toujours, le pape François laisse formellement aux évêques une certaine discrétion pour gérer les situations. Il l’avait fait avec Amoris Laetitia lorsqu’il avait ensuite laissé aux évêques la possibilité de décider comment appliquer l’appel. On se souvient qu’à l’époque, l’archevêque Charles J. Chaput, alors à la tête de l’archidiocèse de Philadelphie, avait établi des directives qui réaffirmaient l’enseignement traditionnel de l’Église. Contesté, il a réaffirmé que le pape avait laissé aux évêques le soin de décider. Il avait décidé avec le peuple de Dieu après avoir fait le discernement approprié.



Est-ce que ce sera aussi la façon d’appliquer les Traditions Custodes ? A première vue, on pourrait dire oui.

Le Cardinal Matteo Zuppi, archevêque de Bologne, a décidé d’avoir une approche pragmatique de l’uso antiquior. Le Cardinal a noté que le motu proprio du Pape François prévoit que la décision sur l’opportunité et les modalités de la célébration avec le rite de Jean XXIII soit prise par les différents diocèses et que la célébration commencée il y a 14 ans dans l’église de Santa Maria Della Pietà à Bologne après la promulgation du Summorum Pontificum répond aux caractéristiques attendues. Pour cette raison, le cardinal Zuppi, qui ne compte certainement pas parmi les soi-disant traditionalistes, a autorisé la poursuite de la célébration. Par conséquent, les célébrations se tiendront dans la même église pour le moment, mais ensuite « une église paroissiale appropriée » sera identifié

Une décision similaire a été prise par le cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster. Le 22 juillet, le cardinal a envoyé une lettre aux prêtres de son archidiocèse, soulignant que beaucoup lui avaient demandé de continuer à célébrer la messe selon le rite de Jean XXIII.

« Mon intention – a écrit le cardinal – est de répondre positivement à ces demandes, à condition qu’il soit clair que les conditions du motu proprio sont respectées et que les intentions du Saint-Père sont pleinement respectées. »

Le cardinal a également écrit que le pape a exprimé « trois préoccupations profondes » : que les concessions ont été « exploitées », que les prescriptions du nouveau missel n’ont pas été suivies et qu’il existe un lien entre l’utilisation du missel de 1962 et le rejet de l’Église et des institutions au nom d’une supposée « vraie Église. »

« À mon avis, ces préoccupations ne reflètent pas la vie liturgique générale de ce diocèse. Elles sont cependant des signes avant-coureurs qui devraient nous mettre en garde », a déclaré le cardinal.

Les deux cardinaux reflètent une position générale de nombreuses conférences épiscopales, et en tout cas, de nombreux évêques qui ont continué à accorder la célébration selon l’usage antique.

En effet, la Conférence épiscopale française a publié une déclaration commune de tous les évêques, qui ont exprimé « aux fidèles qui se trouvent habituellement en train de célébrer selon le Missel de Saint Jean XXIII et à leurs pasteurs toute l’estime pour l’esprit zélé, afin que leur détermination permette de poursuivre ensemble la mission, en communion avec l’Eglise et selon les normes en vigueur ».

Les évêques français ont ensuite soulevé une autre question : ils ont souligné que « le motu proprio et la lettre du Saint Père aux évêques qui introduit le document sont exigés de toute l’Église pour un authentique renouveau eucharistique. Personne ne peut en être exempté ».



Le document Traditions Custodes a néanmoins suscité un large débat. Tout le monde s’attendait à des ajustements après 14 ans et, surtout, après la lettre envoyée par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi à toutes les Conférences épiscopales du monde.

Comme il a été possible, dans certains cas, les demandes des groupes qui voulaient célébrer selon la Messe traditionnelle étaient devenues des exigences à la lumière de la libéralisation. Mais, pour être juste, il s’agissait de problèmes limités à de petits groupes.

Rien n’aurait pu être résolu avec quelques modifications administratives, une meilleure réglementation et, peut-être, un léger retour du contrôle à l’évêque local.

Cependant, la disposition du pape François a plutôt révoqué les concessions faites par ses prédécesseurs, centralisant tout au Saint-Siège. La volonté de préserver l’unité de l’Église est un objectif commun. En revanche, la manière dont l’Église a été ramenée à la nécessité d’une approbation du Saint-Siège laisse perplexe.

Et c’est là qu’interviennent les cardinaux qui ont voulu mettre l’accent sur les questions de principe. Le cardinal Raymond Leo Burke, préfet émérite du Tribunal de la Signature Apostolique, a clairement parlé au National Catholic Register d' »une série de défauts » présents dans le document papal.

Le Cardinal Burke nie que le Missel de Paul VI puisse être considéré comme « l’unique expression de la lex orandi du rite romain » et que, en effet, la forme extraordinaire de la Messe « est une forme vivante du rite romain, et n’a jamais cessé de l’être. »

Le cardinal a également déclaré qu’il n’avait jamais remarqué la situation gravement négative soulignée par le pape François dans sa lettre aux évêques. Sur son site Internet, le cardinal Burke a déclaré que les restrictions fixées par le pape sont « sévères et révolutionnaires. »

Le cardinal Ludwig Gerhard Müller, préfet de la Congrégation de la doctrine de la foi de 2012 à 2017, a pointé du doigt les tons durs de la lettre. « Au lieu d’apprécier le parfum de l’agneau – a-t-il dit – le berger ici le frappe avec son bâton ».

Le préfet émérite de la Congrégation pour la doctrine de la foi remet notamment en cause le choix du pape François de mettre en œuvre les mesures restrictives en prétextant « d’innombrables abus dans la liturgie. » Il argumente : « Cette dichotomie entre bonne intention et mauvaise exécution se produit toujours lorsque les objections des employés compétents sont perçues comme une obstruction aux intentions de leurs supérieurs, et qui ne sont, par conséquent, même pas proposées ».

Le ton du cardinal Joseph Zen Ze-kiun, évêque émérite de Hong Kong, a été très dur. Dans son blog personnel, le cardinal a écrit que « de nombreuses généralisations biaisées dans le document [du motu proprio] ont frappé le cœur de nombreuses personnes de bonne volonté, plus que l’on pourrait s’y attendre. » Cependant, le cardinal a également ajouté qu’il pense que « beaucoup de personnes touchées par ces restrictions n’ont jamais eu la moindre idée de ne pas accepter les réformes liturgiques du Concile Vatican II. »

Le cardinal Walter Brandmüller, président émérite du Comité pontifical pour les sciences historiques, n’a pas non plus ménagé les critiques du document.

Il a souligné que « tout d’abord, il convient de noter qu’une loi, pour acquérir une force contraignante, ne nécessite pas d’acceptation spéciale par les parties concernées. Mais elle doit être reçue par elles. Par réception, il faut entendre l’acceptation affirmative de la loi dans le sens de « s’approprier la loi ».

En outre, le cardinal allemand souligne que « si en cas de doute sur le caractère contraignant d’une loi, elle n’est pas contraignante » et pour cette raison, il est clair que « les lois et la communauté pour laquelle elles sont édictées sont liées entre elles de manière quasi organique. »

En bref, il conclut que « la validité d’une loi dépend finalement du consentement de ceux qui sont affectés par elle. La loi doit servir le bien de la communauté – et non pas vice versa la communauté la loi ».

Le cardinal Robert Sarah, préfet émérite de la Congrégation pour le culte divin, a lié l’uso antiquior à la nécessité pour l’Église de jouer un rôle fondamental dans la société. Ce qui était sacré pour les anciens ne peut manquer de l’être aujourd’hui, a-t-il expliqué, et pour cette raison, Benoît XVI avait permis aux fidèles de célébrer également selon ce rite. « La querelle sur la question des rites met en danger la crédibilité de l’Église », a déclaré le cardinal africain.

Parmi les cardinaux, certains soutiennent pleinement le motu proprio. Par exemple, le cardinal Walter Kasper a souligné que « la grande majorité des fidèles catholiques » sont contre la messe selon l’ancien rite. De plus, selon le cardinal Kasper, les fidèles qui célèbrent selon l’uso antiquior créent des scandales en prétendant qu’il s’agit de la seule vraie messe catholique, trahissant ainsi les efforts de Benoît XVI pour surmonter les divisions dans l’Église.



Il existe également une opinion publique généralement opposée à l’uso antiquior, qui s’est montrée hostile sous Benoît XVI. Le père Claude Barthe, aumônier principal des pèlerinages du Summorum Pontificum, a pointé du doigt un lobby au sein de la Conférence épiscopale italienne qui serait créé pour désamorcer le Summorum Pontificum.

Et ce parce que, selon lui, « en Italie, plus tard qu’en France, les jeunes prêtres ont commencé à utiliser la messe traditionnelle et des idées plus traditionnelles. Ils ont remarqué une « rationalisation des séminaires », ce qui les a beaucoup inquiétés « .

Si cette reconstitution est exacte, on comprend alors pourquoi le pape François a souhaité une inspection à la Congrégation pour le culte divin avant de décider de la succession du cardinal Sarah et a confié cette inspection à Mgr Claudio Maniago. Ce dernier est également président de la Commission liturgique de la Conférence épiscopale italienne et éditeur de la nouvelle traduction du Missel en langue italienne.

En définitive, tout porte à croire qu’il y a une raison doctrinale derrière le choix du pape plutôt qu’une raison purement liturgique. La crainte serait que la liturgie traditionnelle conduise au contraire à rejeter l’enseignement du Concile Vatican II comme s’il existait une autre Église.

Cette pensée a été confirmée par la façon dont le pape a expliqué sa décision aux jésuites qu’il a rencontrés à Bratislava le 12 septembre 2021.

« Maintenant – a dit le pape François – j’espère qu’avec la décision d’arrêter l’automatisme de l’ancien rite, nous pourrons revenir aux véritables intentions de Benoît XVI et de Jean-Paul II. Ma décision est le fruit de la consultation de tous les évêques du monde faite l’année dernière. Désormais, ceux qui veulent célébrer avec le Vetus ordo doivent demander l’autorisation à Rome comme cela se fait pour le rituel ».

Le pape a également commenté qu' »il y a des jeunes qui, après un mois d’ordination, vont voir l’évêque pour le demander. C’est un phénomène qui indique que nous sommes en train de régresser ».

Il pourrait y avoir, après tout, une crainte de perdre les fruits du Concile Vatican II derrière cette décision. Cependant, la décision a été sévère et remise en cause plus par son ton que par son fond.

Au-delà de tout, les cardinaux apprennent à se faire à ce motu proprio. L’aperçu des positions prises sur les Traditions Custodes montre que très peu de personnes veulent appliquer durement le document du Pape François. Au contraire, tous veulent trouver l’unité et l’équilibre sans rassembler ceux qui ont utilisé l’ancien rite pour créer la division dans l’Église.

Si l’objectif du Pape est l’unité, il l’est encore plus pour les cardinaux. Peut-être que tous ne partagent pas les tonalités du Pape, mais tous ont essayé de trouver une explication et d’aller de l’avant. Après tout, même la distinction entre progressistes et conservateurs, dans ce cas, est devenue plus floue, à tel point qu’il est impossible d’établir la dichotomie.

Comment le cardinal Blaise Cupich, archevêque de Chicago, peut-il être qualifié de progressiste dans ces circonstances ? Dans une déclaration publiée juste après le motu proprio, le cardinal Cupich a fait savoir que du temps serait pris pour réfléchir et comprendre comment mettre en œuvre la décision du pape.

Tout doit être lu dans cette recherche d’équilibre. Mais, sans s’engager dans des dichotomies idéologiques inutiles, la clé réside précisément dans le fait d’être catholique. Et c’est ainsi que doivent aussi être appelés ceux qui célèbrent selon l’ancien rite. Tout le reste risque de créer des divisions. Et, peut-être, des réactions difficiles à gérer.

Le magazine des cardinaux

Cet article vous est offert par Cardinalis. Aidez-nous à informer les cardinaux en faisant un don

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Concrétement, votre soutien sert à financer

  • La rédaction composée des meilleurs vaticanistes du moment
  • La mise en page
  • La traduction
  • Le secrétariat de rédaction multi-langue
  • L’impression
  • L’envoi aux cardinaux du monde entier et sa diffusion au peuple de Dieu

Nous vous enverrons également, si vous le désirez, le magazine par email dès sa sortie afin que vous soyez informés en même temps que les princes de l’Eglise.

fr_FRFR